Participation citoyenne

À l’assemblée du conseil de mardi (5 octobre), le candidat « indépendant tendance Labbé » Jean-Philippe Thibault n’y est pas allé de main morte. Il reproche aux citoyens de « s’immiscer dans la campagne électorale » en « utilisant le conseil de Ville pour faire des points ». Il venait pourtant d’admettre que la seule raison qu’il est allé à l’assemblée du conseil, c’est pour attaquer ces citoyens : « Je suis ici ce soir, j’avais pas prévu être présent. J’ai regardé des brides de conseil de Ville et voyant certaines situations qui m’ont déploré, je me suis dit que je devais me déplacer pour faire une intervention. » (Ses mots.)

M. Thibault, qui ne s’est pas identifié comme candidat, ajoute que « j’ai l’impression que le conseil de Ville est là pour servir les citoyens. Et les citoyens qui se présentent ici au micro pour parler au conseil de Ville devraient faire valoir leur point en tant que citoyens et non pas en tant que mouvement partisan pour faire avancer un agenda quelconque ». Pourtant, aucun citoyen, sauf lui, n’a parlé de mouvement, partisan ou non.

Pourquoi M. Thibault s’attaque-t-il aux mouvements de citoyens ? Que pense-t-il, par exemple, des regroupements de commerçants, qui « s’immiscent » aussi dans la campagne électorale ? La Chambre de commerce et d’industrie du bassin de Chambly (CCIBC) organise un débat le 20 octobre. N’a-t-il rien contre cela? (Moi non, j’en suis très heureux, je prévois d’ailleurs y être. Il vaut mieux entendre plus de points de vue que moins.)

Le Mouvement citoyen de Chambly apporte beaucoup au débat public en défendant les valeurs communes à ses membres, qui touchent notamment à l’environnement, la démocratie, la transparence, l’urbanisme et le patrimoine, ainsi que l’économie locale, la culture et le transport.

C’est largement le MCC qui a milité pour le rejet du changement de zonage qui aurait permis le développement immobilier de ce qui reste de l’ancien golf de Chambly. Voyez cet article qui en fait foi (et appréciez la photo). Le MCC a aussi combattu les débordements de l’ère Lavoie, au sujet des mises en demeure et de l’abolition des référendums. Dans ces cas, le MCC a permis de signaler les abus commis par les élus en place.

Le MCC a toujours œuvré à visage découvert, et ses interventions sont scrupuleusement documentées. Voir par exemple cet article sur le futur incinérateur d’animaux domestiques, celui-ci sur la contre-expertise au sujet de l’usine Bennett Fleet ou encore celui-là sur les différences entre les deux versions du récent Programme particulier d’urbanisme (PPU) pour le centre-ville.

Nous intéressons-nous à la politique? Bien sûr, car ces dossiers sont décidés au niveau politique. Pour faire valoir notre point de vue, nous n’avons donc pas d’autre choix que d’interpeller les politiciens qui prennent les décisions. Sommes-nous partisans? Nous n’appelons pas à voter pour un parti (ou un « mouvement d’indépendants »), ou pour un candidat ou l’autre. Nos membres arrivent très bien par eux-mêmes à identifier quels candidats défendent le mieux leurs valeurs.

Je demanderais à tous les candidats et candidates, et Mme la mairesse en tête, de se dissocier publiquement des propos de M. Thibault et d’affirmer sans ambiguïté que tous les citoyens et citoyennes, qu’ils fassent ou non partie d’un mouvement ou d’un quelconque groupe, sont encouragés à participer aux débats de la présente campagne électorale. Après tout, la liberté d’association est une des quatre libertés fondamentales protégées par la Charte canadienne des droits et libertés et est essentielle à la démocratie.

En avril de cette année, le conseil municipal a adhéré à la déclaration d’engagement sur la démocratie et le respect, à laquelle des élus et élues avaient fait ajouter quelques articles, dont un qui affirme que « le conseil municipal s’engage à valoriser la participation citoyenne au débat démocratique ». Nous encourageons les élus, élues, candidates et candidats à faire honneur à cet engagement.

Pour finir, nous souhaitons saluer la citation de Mme Labbé en avril 2018 dans le Montérégien. Mme Labbé s’interrogeait alors, selon l’article, sur « le ton employé par certaines personnes, lorsque des citoyens font valoir leurs dissensions ». Elle disait alors :

« Dire du Mouvement citoyen de Chambly qu’il s’agit d’un groupuscule vindicatif, c’est plutôt dur. Je ne crois pas que ce type de propos fasse avancer le débat d’une manière constructive, souligne-t-elle. « L’administration actuelle a raison de répéter que son élection lui donne la légitimité d’agir. En même temps, la population ne lui a pas signé un chèque en blanc pour les quatre prochaines années !, s’exclame-t-elle. Il est normal et sain en démocratie d’avoir des contre-pouvoirs. La démocratie ce n’est pas un buffet où nous pouvons prendre ce qui nous plaît et rejeter le reste. »

Là-dessus, nous pouvons affirmer sans la moindre hésitation que nous sommes parfaitement d’accord avec Mme Labbé.

Jean-Patrice Martel
Président du Mouvement citoyen de Chambly